Soleils noirs

Voici 2 histoires récentes comptant parmi les protagonistes des asiatiques, mais qui traitent avant tout de reprises de fonds mal négociées, où les preneurs pensaient acheter leur liberté…

Le rêve d’une vie qui tourne au cauchemar. Haïtienne d’origine, Jeanne travaille en France comme aide-soignante. Pendant une vingtaine d’années, elle met de l’argent de côté en vue de monter le projet qui l’anime, autour de la restauration et de la cuisine de ses racines. Approchant de la retraite, elle engage le processus de concrétisation avec son fils. La recherche de local dure près de 2 ans, avant de tomber sur une opportunité à proximité de Montparnasse, un restaurant asiatique qui toussote depuis moins de 2 ans et affiche péniblement 40 k€ de chiffre d’affaires. La visite du lieu les convainc de l’acheter cash 90 k€ (en moyenne, la base, pour une reprise de fonds de commerce, qui nécessite normalement 3 années d’exploitation, se paye +/- au niveau du chiffre d’affaires annuel moyen réalisé). Le bail originel indiquait que le preneur asiatique s’engageait à prendre à sa charge les travaux d’installation d’une extraction. Pendant la visite, ils ont pu voir le restaurant fonctionner, avec une femme en cuisine, marmite, vapeurs et odeurs, aspirées par ce qui ressemble à une extraction, ce que le cédant confirme. La greffe de la cuisine afro-caribéenne doit pouvoir opérer : ils signent la vente.
Las, très vite, lors des menus travaux de prise de possession, certains vices surgissent. Ce qu’ils avaient pris pour une extraction n’est qu’une bouche d’aération qui avait été maquillée et mise en scène pour la visite (une mascarade à La Vérité si je mens), une cuisine hors normes, une salle au sous sol qui s’avère inexploitable, le gaz et l’électricité à refaire, des canalisations défaillantes,… La désillusion est de taille, comme la facture qui s’annonce. Ils interpellent le notaire 3 mois plus tard, de justesse le prix séquestré peut être bloqué. La transaction à l’amiable échoue, une procédure est donc enclenchée et doit aboutir à une première audience. Mais entre temps, les loyers, les factures, s’empilent ; une demande de suspension de loyer vient simplement d’être envoyée au bailleur. Les frais engagés dans l’affaire atteignent 130 k€, les réserves personnelles sont taries. Et surtout, le nerf passionné de l’aventure est broyé, le restaurant est devenu un membre infâme.

George est chinois d’origine, albinos et malvoyant de naissance. Soumis à de fortes discriminations, il fuit son pays pour venir en France en 1992. Il pratique dans un premier temps le savoir traditionnel qu’il a appris en son pays, l’acupuncture, mais qui, en France, n’a pas de reconnaissance légale. Dans l’obscurité, la tâche est compliquée, il finit par jeter l’éponge et, après avoir assisté l’ouverture d’un restaurant d’un ami, s’enlise dans une période sans travail qui va durer une dizaine d’années. Las de ne rien faire, appuyé de proches, il se tourne vers une entreprise qui lui parait à sa mesure. Créer et diriger un restaurant. Sans expérience dans le métier, il compte recruter sa sœur en cuisine et une amie en salle. Lui parlera aux clients de l’importance de respecter les saisons dans l’alimentation, pilier de l’harmonie du corps et de l’esprit. Sa quête l’emmène dans la partie morne d’une rue animée plus loin. Mal entouré, il achète un resto rapide en déshérence le double de sa valeur : la moitié du prix au moyen de sa mise de départ, l’autre moitié par un crédit vendeur dont le remboursement commence à courir le mois suivant. En possession du fonds, il se trouve toutefois dans l’incapacité de faire les travaux nécessaires à son exploitation. Et le compte à rebours a débuté.

Deux exemples parmi tant d’autres, où la faiblesse et l’ignorance se trouvent happées et dupées par des vendeurs prompts à en profiter. Ces situations sont dramatiques. Les conseils d’experts sont indispensables à ce stade. Et malheureusement les verts repreneurs ne sont pas toujours conscients des enjeux de leur acte.

Publicités

Publié le 6 mars 2013, dans Fabuleuses créations. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :