Le déclic

La création d’entreprise représente une rupture dans le cours d’une existence. Elle fait suite à une trajectoire salariée, des études, une période d’inactivité. Quels sont les éléments déclencheurs qui, bras armé de la motivation, précipitent un individu dans cette voie ?

L’âge, d’abord, a ses humeurs, ses caprices, qui influent sur le désir créateur. Il existerait des moments favorables à son éclosion, nichés aux extrémités de la vie active : les jeunes (diplômés) par exemple estiment avec toute leur science de la vie, que « c’est le moment où jamais », « si je ne le fais pas maintenant, je ne le ferai jamais ». En effet, sans enfant ni contraintes conjugales ou matérielles, ils peuvent s’adonner aux aléas de la création d’entreprise. Ils reviendront, en temps voulu, à une carrière plus orthodoxe et confortable. A défaut d’expérience et de connaissances précises, ils ont de l’enthousiasme, de la créativité et de l’audace à revendre.

A l’autre bout de l’existence, les parents dégagés des obligations financières et éducatives s’autorisent à prendre le risque de la création pour satisfaire une soif de plaisir, d’indépendance ou d’accomplissement personnel.

La conscience du temps qui passe, les relents d’insatisfaction qu’elle révèle, prépare le terrain à la déclaration d’indépendance. Un parcours non conforme aux aspirations personnelles, hautes et lumineuses, une trajectoire trop lisse, morne, quelconque, à laquelle on se résout dans l’attente de lendemains revigorés, mais qui s’installe sourdement. Un événement, brutal ou anodin, vient déclencher  la rébellion : le passage à un âge symbolique (30/40/50 ans) ; le décès d’un proche qui cingle comme l’horloge sonne. L’heure de la dernière ambition est arrivée.

La maternité peut changer une femme jusque dans son appréhension de la vie professionnelle. Une carrière avec les jeux de rôles et les horaires peut apparaître terne et déplacée, incompatible,  aux yeux d’une jeune mère. Nombreuses sont celles qui préparent, avec l’arrivée de l’enfant, un nouveau cours professionnel qui passe viscéralement par la création d’entreprise.

Une séparation, un divorce, s’accompagne parfois de l’envie, voire de l’obligation, de rebattre les cartes professionnelles. Le parent au foyer se voit contraint de reprendre une activité qui peut prendre la forme d’une création d’entreprise, surtout lorsque le temps l’a éloigné durablement de l’univers de l’entreprise.

Le chômage constitue peut être le principal déclic pour créer une entreprise, que la démarche soit  volontaire ou subie. Pause dans une carrière, les aspirations remontent à la surface, les désirs enfouis se diffusent progressivement, sentant le moment propice. Les rêves les plus fous, ou les idées jusque là vite esquissées, s’invitent au débat portant sur l’avenir et exigent d’être considérées comme des alternatives possibles. L’annonce d’un plan social peut créer le déclic pour passer à l’acte.

Devenu expert dans un domaine, la lassitude commence à poindre, le code de l’entreprise vous indique clairement qu’il convient de changer –au-delà de 3 ans au même poste vous faites partie des timorés- et que le poste qui vous attend est manager dans ce domaine. Le carrefour de carrière nécessite quelques réflexions : et maintenant que veux-je faire ? Parmi les possibles, figure la création, pourquoi pas ?

L’énième humiliation, l’avoinée de trop, subie dans une existence opprimée, peut trouver comme échappatoire, la création d’entreprise. Délivrance, libération du moi, elle vise à redorer une image écornée, froissée, à lui redonner confiance et consistance. Reconnaissance, responsabilités, argent, elle est appelée à réparer des maux.

L’opportunité fait le créateur : sans forcément le chercher, une création peut être favorisée par une rencontre particulière, une commande, une proposition qui enclenchera la mécanique. Une idée également de business qui s’impose avec force dans son esprit et qui, telle la pelote qu’on déroule, devient mouvement irrépressible.

Publicités

Publié le 4 juillet 2011, dans Avant la création il y eut. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :